Propositions de découverte…

« Ce Cap corse si fantastique, de villages en villages, de marine en marine, d’habitants en habitants. Pas de place ici pour le superficiel, simplement une route qui longe la mer et d’autres brins de chemins qu’ils faut prendre pour s’imprégner… Une immersion totale pour sentir une Corse dans la Corse. »
Solange, passionnée du Cap corse.

 » Que le Cap est complexe! Une beauté accablante qui défie toutes les lois esthétiques et scientifiques de ce bas monde. Ce bout de terre est source d’émerveillement sans cesse renouvelé. Comme il sait marier les éléments, les formes, les couleurs, comme il sait prendre nos cœurs.. Vertigineux. « 
Catherine, autre amoureuse du Cap corse.

 » La route qui fait le tour du Cap corse – 120 km – est l’une des plus belles au monde*, avec une vue plongeante sur une mer bleue… » Nouvel Observateur. Été 2015. (*C’est nous qui soulignons ; il s’agit surtout de la côte ouest du Cap.)

« Le Cap corse, c’est magique… » disent-ils… : http://m.france2.fr/emissions/visites-privees/videos/cap_corse_les_palazzi_maisons_americaines_30-01-2017_1471311

 Dans un rayon de 15 km
• Sentier des douaniers reliant Macinaghju à Centuri (ou inversement) en passant par les petits port de Barcaghju et Tollari. Possibilité de partir (et revenir) à Barcaghju ou Tollari par les navettes marines de Macinaghju .
→ particulièrement conseillé : la promenade sur le sentier Barcaghju/Tour d’ Agnellu, par les dunes couvertes de genévriers endémiques (1h A/R).
→ la boucle plage de Tamarone/Tour Santa Maria et retour par chapelle Santa Maria (1h30).
• Divers sentiers de randonnées à partir de A Rota vers les hameaux de U Cucincu, U Poghju, le Moulin Mattei et la crête sommitale de l’extrême nord du Cap (Cima di u Castellucciu)
• Le Moulin Mattei (et son parcours commenté) avec vue sur la côte occidentale du cap et le golfe de St Florent.
→ certains étés : l’expo permanente au moulin.
• Le Sémaphore accessible à pieds par le sentier des douaniers (2h30 A/R) ou en voiture (prendre à gauche 1 km avant Tollari)
• Les villages de Roglianu et Tominu avec vues sur Macinaghju.
• Centuri, réputé pour ses langoustes et son petit port de pêche traditionnelle
• Canelle et sa fontaine du XIXe siècle encastrée dans le calcaire
• Le couvent de Morsiglia (expositions certaines années)

Un peu plus loin
• Le village de Canari: le musée des costumes traditionnels, l’église Santa Maria Assunta, de style roman, du XIIe siècle.
• Les villages de Pinu (marine de Scalu) Nonza (tour et vue plongeante sur la plage, verger de cédrats)
• Luri : le parcours de santé, l’arboretum, et divers sentiers dont celui qui accède à la la tour de Sénèque…
• Petra Curbara : circuits de l’eau vive (« Route de l’eau »)
• Les vignobles de Patrimoniu, à proximité de St Florent

… et dans tous les villages : patrimoine religieux (églises, chapelles, tombeaux…), « maisons des américains », hameaux à l’architecture traditionnelle, « marine » (hameaux de bord de mer), tours, sentiers de randonnées…
→ particulièrement conseillée : la route en corniche reliant Pinu à Canari en passant par Barrettali.

Documentation complète sur les étagères des gîtes. Et pour plus de détails, voir Région, activités et loisirs

Pour finir, deux petits conseils : * les distances en Corse s’évaluent plus en temps qu’en km. * N’hésitez pas à user de l’avertisseur dans les virages.

Les commentaires sont fermés